lundi 26 août 2013

Arthur Tress au Château d'Eau à Toulouse

Depuis le temps que je voulais voir ce "château d'eau", me voila enfin pour quelques jours à Toulouse. Je me suis réservé un temps pour voir ce site en briques rouges, voir l'intérieur et surtout au moins une exposition. Le soleil du matin est déjà haut et écrase tout sous ses rayons. Je n'en souffre pas, bien au contraire, j'aime le sentir brûler un peu ma peau à travers ma chemise. Mais j'apprécie mes lunettes de soleil et ma casquette.

Quoi ? Seulement deux euros cinquante l'entrée ? Je doute. Et si c'était banal, de bas de gamme, vu le prix ? Je plaisante avec la fille de l'accueil, combien ? ...Si peu cher, mais oui Monsieur, Doisneau a exposé ici pour le même prix !

La fraîcheur du lieu m'envahit, j'aime cette salle ronde à trois étages.


Jean Lubrano



Arthur Tress, "Transréalités".

Né à Brooklyn en 1940, il a grandi dans la rue et à dix ans fait ses premières photos, précoce le garçon !  Aussi bien prises sur le vif que mise en scène, ses photographes quelques fois surréalistes ou teintés d'humour font de lui un des principaux photographes de sa génération. Cette exposition nous révèle encore un choix de ses meilleures prises de vues dans les années cinquante à Brooklyn. Regard non conventionnel parmi ceux de sa génération, la part de fiction dans le reportage sort des entiers battus des conventions. Ses photos jamais exposées de son reportage à San Francisco en 1964 sont un exemple de son regard d'humour et d'insolite. C'est une rupture avec la "street photographie" conventionnelle de son époque. Les tirages sont superbement réalisés, une majorité de formats carrés ce qui n'est pas pour me déplaire. Une bonne leçon de cadrage.



© Arthur Tress


"La photographie est ma méthode pour limiter le monde confus qui se précipite constamment devant moi. C'est mon attitude défensive pour réduire le chaos quotidien dans des images incompréhensibles. A travers l'appareil j'essaie de clarifier et d'édifier d'innombrables flot de moments qui paradent et envahissent mes sens constamment.
Mon urgence à photographier est activée par un instinct quasi biologique d'auto-préservation du désordre. L'appareil photographique est un dispositif mécanique qui prolonge naturellement ma capacité et mon désir d'orientation sensée. J'en ai besoin pour survivre." Arthur Tress.

J'ai remis ma caquette et mes lunettes de soleil et je suis retourné à la place du Capitole à pied en passant par le pont Neuf et la place de la Daurade, malgré la chaleur de midi, mais heureux d'avoir vu son travail photographique avec un regard qui ne manque pas d'intérêt.


Si vous êtes dans le coin ou du coin...du 28 juin au 8 septembre 2013.

Galerie Le Château d'Eau, pôle photographique de Toulouse, 1 place Laganne 31300 Toulouse (métro Saint Cyprien / République / Esquirol).

Tel : 05 61 77 09 40

www.galeriechateaudeau.org
www.arthurtress.com

Jean Lubrano, Août 2013

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Image Contact vous remercie pour votre commentaire.